1 . Créer sa bulle d’immersion

L’apprentissage d’une nouvelle langue est une belle et formidable aventure. Pour l’exercice, comparons-là à une randonnée dans les Alpes ! Alors GO, où avez-vous envie d’aller ?

1/ Le choix de votre destination

est aussi primordial en randonnée qu’en langues. Certains étudient une langue « pour une conquête, la famille, rencontrer des amis étrangers », ou alors « pour un job, un stage », d’autres encore « pour un séjour à l’étranger de longue durée »… L’enjeu doit être concret (éviter les réponses vagues) et accessible (éviter de se mettre la barre trop haute en trop peu de temps). Ecoutez ce témoignage sur l’apprentissage de l’italien.

2/ L’itinéraire dépendra notamment du temps que vous pouvez y consacrer.

Comme lors d’une randonnée où on divise les km globaux par le nombre de jours, l’apprentissage d’une langue se fait au quotidien. Combien d’heures par jour pouvez-vous y consacrer ? (Tenez compte de vos contraintes quotidiennes sachant qu’il vaut mieux 5 fois 1/2 heure par semaine qu’une seule fois 3h). Pendant combien de temps ? Quand aimeriez-vous avoir atteint votre but ? (la durée que vous vous fixez n’est pas un idéal à atteindre, c’est un contrat avec soi-même, limité dans la durée et qu’on est à même de respecter). Faites-vous un plan calendrier et tenez-le à l’œil. En effet, la procrastination est un ennemi, mais il peut être terrassé aisément. Si vous remettez trop souvent au lendemain, vous risquez d’abandonner. Si cela survient, l’important est de réagir très vite, de vous planifier un nouveau programme, peut-être plus light, mais faisable. Méfiez vous en effet des départs « en sprint », vous risquez fort de très vite vous essouffler, et ça c’est plutôt démotivant. Nous vous invitons plutôt à démarrer modestement et à augmenter votre rythme en accord avec ce que vous ressentez.

3/ Planifier son apprentissage des langues

Planifier son voyage, les questions jour-après-jour, prévoir les soucis potentiels ? Ben, en langues c’est pareil ! Anticiper les embuches, la démotivation, créer son espace-étude, trouver des moments où étudier en toute tranquillité …

4/ Checklist pour apprentissage des langues

On approche du départ de notre belle aventure, préparons nos sacs !!
Voici une checklist à agrémenter suivant vos envies. Ils s’appuient sur 2 piliers (le vocabulaire et la prononciation).

dictionnaire (oui, faites l’acquisition d’un bel ouvrage à feuilleter qui aura une future place sur une étagère devant les invités)
– un cahier d’exercices pour l’auto-apprentissage de niveau … ( Ah, vous optez plutôt à un cours organisé ?  Je vous cite tous les outils dont je pense que vous aurez besoin, ensuite vous trierez ! Je reprends…) de niveau débutant A1 ou B1 ou autre si vous avez déjà suivi des cours ou pratiqué la langue. Mais, vous avez quel niveau ? Il y a un chouette test de niveau de langues gratuit sur wallangues.be pour adultes en anglais/néerlandais/allemand . Au bout d’une heure de questions qui évoluent suivant votre taux de bonnes réponses, le site sortira un chiffre. Globalement les A correspondent aux débutants, B aux intermédiaires, C aux niveaux avancés. Consultez cette page pour le tableau exact et les tests dans d’autres langues.
– maintenant que vous savez à quel niveau vous débuterez, achetez ce cahier ou livre d’exercices à emporter à la plage ou dans le jardin, un petit truc sympa pour rafraîchir les jours où vous n’aurez pas de cours ou pas le temps pour le vrai apprentissage.
– passons aux les choses sérieuses – la méthode principale, c’est comme le ravitaillement dans le sac de randonnée,  le plus important ! Les « cours présentiels » ont ma préférence. Référez-vous a notre section ‘offre de formation’ pour voir ce qui se passe dans votre région. Autre rendez-vous régulier avec une personne tierce qui vous félicitera pour votre progression est le « cours en ligne ou par correspondance » suivi par un enseignant. S’ensuivent les méthodes structurées de « cours d’auto-apprentissage», souvent en plusieurs tomes complétées par des fichiers audio et des leçons récapitulatives, tests et corrigés.  Le cours d’auto-apprentissage le plus utilisé mondialement s’appelle assimil( j’ai créé une page séparée pour vous la présenter). Parmi tant d’autres, je vous présente un coup de cœur : Wallangues.be – hé oui, nous les wallons, avons le privilège d’un cours d’auto-apprentissage en ligne très bien structuré et tout à fait gratuit en anglais/néerlandais/allemand !
=> Choisir sa méthode structurée (cours présentiel- cours en ligne – cours d’auto-apprentissage) n’est pas tout. VOUS êtes l’apprenant, uniquement si vous pour impliquez activement, l’aventure sera une réussite.
– Vous n’avez peut être pas l’occasion de partir en immersion pour l’instant, ce n’est pas grave. Il y a  une panoplie d’outils qui vous aideront à créer votre bulle immersive à la maison ! Combinez votre cours avec un chouette petit site d’auto-apprentissage ou livre et par exemple des jeux ludiques, bandes dessinées …
L’audition (films en VO, news, youtube) est un ingrédient indispensable à votre apprentissage, autant que l’expression orale ! Pas facile de pratiquer le russe en Belgique ? Je vais vous donner des pistes : tables de conversation, correspondants (par skype), trouver un native speaker dans votre région, ou un autre apprenant, exemple amicomi pour les étudiants en espéranto. La répétition et restitution sont indispensables pour retenir le vocabulaire et expressions. Coup de cœur pour Balingua et Mosalingua mais il suffit de rechercher dans votre navigateur  « logiciel de répétition espacée » ou “SRS” pour constater que le choix est vaste.

bulle d’immersion en langues

La satisfaction quand vous aurez atteint votre but, c’est de savoir communiquer ! Avant que le but ne soit atteint, faudra déjà penser à « l’après ». Car une langue, ce n’est pas uniquement l’apprentissage, c’est aussi l’entretien continuel. Donc on crée sa bulle d’immersion et on se met régulièrement dedans.